Archives mensuelles : septembre 2013

Big Fernand Montorgueil: la bombe urbaine

Carnet rose chez Big Fernand. Le régent des ateliers du hamburgé made in la France, creuse son sillon avec l’ouverture d’un nouveau lieu de pitance. Si on en a gros sur le jambonneau, ce pain béni est une véritable bombe urbaine et tu la tiens dans ta main. Parce que le monde bouge.

Contrepied cocardier aux pourritures rapides à base de steaks à chier, le public est appellé à déguster des ingrédients sourcés. Big F, clin d’oeil au Big souteneur poids lourd de l’emploi allégé. La bouFFe avec un grand F, comme franchouille. De drôles de gaziers qui nous gratifient de bonbecqueter. Un tabernacle du plaisir comme dirait Léo Ferré.

Big Fernand Montorgueil, enseigne

L’industrie américaine c’est une chose, mais l’harmonie française c’en est une autre.Jérôme Cousin

Pas de changement notable dans la carte, on garde la formule gagnante, mise à part quelques pépites saisonnières comme le Bixente. Un casse-croûte qui vous claque toujours le beignet.

Big Fernand Montorgueil, big Fernand

Ca envoie du steak aussi avec accueil moustachu de rigueur et ton copain. Ambiance croquignolesque, humeur booster. il manque juste le crayon à papier vissé sur l’oreille. Ils deviendront rapidement les supers tsars des restaurateurs du quartier.

Big Fernand Montorgueil, Victor, fernandines & Bionade sureau

Les innovantes fernandines ail-paprika, toujours aussi attachantes et réjouissantes. Elles vous mettent le poil au garde-à-vous.

 Big Fernand Montorgueil, fernandines & Bionade

Les raisons du succès chez ceux qui donnent un grand coup de pied dans la fourmilière restauratrice parigote, s’expliquent peut-être lorsqu’on fabrique des hamburgés avec un patronyme en aura d’Aubrac. Restauscopie du BFM buziness avec Alexandre Auriac en 18mn48 d’entretien.

Les origines

– Steve Burggraf, « le père Fourasse » de l’immobilier. Assure les fonctions gestion et administration.
– Guillaume Pagliano, élabore le coeur du concept: les recettes des préparations. Gère également les ressources humaines, les process hygiène et l’aspect graphique.
– Alexandre Auriac, s’occupe des travaux, de l’organisation, des ressources humaines et du marketing.

Le parcours

– Formation en école de commerce et de marketing.

– Pause professionnelle et rencontre avec Guillaume Pagliano au cours Florent.

– Naissance de deux projets, la création de caméras cachées et la restauration.

– La restauration l’emporte et place la post-production audiovisuelle en standby.

Développement

– Janvier 2012: ouverture du premier Big Fernand à Poissonnière.

– Octobre 2012: ouverture de Little Fernand (hot-dog) à Poissonnière.

– Juillet 2013: ouverture du deuxième Big Fernand à Montorgueil.

– Octobre 2013: ouverture d’un restaurant franchisé à Lyon.

– Mai 2014: ouverture d’un restaurant franchisé à Lille.

– Juin 2014: ouverture d’un restaurant taille XXL à Neuilly-sur-Seine.

– Ouverture d’une boulangerie à Paris, Monsieur Fernand, en collaboration avec Christophe Michalak en prévision.

– Ouverture d’un restaurant à Nantes, Puteaux, Boulogne-Billancourt, Issy-les-Moulineaux, Paris-Marché Saint-Honoré, Marseille-Les Docks, Londres & New-York en prévision.

Eléments déterminants dans la réussite

– Direction à trois têtes, toutes les décisions se prennent ensemble.

– Investissement personnel, implication en temps.

– Niveau d’exigence élevée.

– Cohésion d’équipe.

– Expériences passées variées et créatives.

– Ton décalé et fun. »

Evviva la Pappa! : « L’homme est bon mais le veau est meilleur. » Bertolt Brecht

Alexandre Auriac:  » (rires) L’un dépend de l’autre. Le veau est bon car l’homme en prend soin. Il faut un respect de l’homme par rapport à l’animal pour qu’il soit meilleur (le veau). Je te laisse mijoter avec ça… »

ELP! : « Le meilleur repas est celui on l’on est bien accueilli. » Proverbe danois

AA: « On y croit à 100%. L’expérience du hamburgé commence avant, se poursuit pendant et se termine deux jours après. La gouaille avec le client, ce n’est pas du jeu. Le client doit passer un bon moment. L’ambiance n’est pas toujours à la hauteur de l’assiette dans les lieux de restauration. On ne veut pas d’une atmosphère terne et monotone mais détendue, fun et particulière. Qui nous ressemble. Y compris dans le recrutement. Parfois le collaborateur copiait notre attitude, mais ça sentait trop l’imitation, ça sonnait faux. On leur dit de passer un bon moment, de trouver leur part de folie, de se faire plaisir. Il doit se passer quelque chose avec le client, et c’est plus agréable au niveau de l’équipe. »

Réussissez en appliquant les préceptes de Bernard Tapie dans Gagner.
Et ça marche !

Gagner - Bernard TapieGagner - Bernard TapieGagner - Bernard Tapie

 

 

Super chouette. Qui qu’on remercie ?

On peut s’offrir un hamburgé gourmet même si on n’a pas de banquier suisse et sans que ça donne des vapeurs à Mélenchon. Si vous aimez l’Amour du risque, pas dans l’estomac mais dans les oreilles, rendez-vous avec Magnum… Fernandus.

Big Fernand (boeuf), Bartholomé (boeuf), Philibert (poulet), Victor (veau), Alphonse (agneau) 11 – 12 €
Formules 14 -16 €

Boissons 3 €

Laits maisons: Noix de macadamia, Chocolat cookies

Jus 100% naturels, pur jus de baie (sans sucre ajouté, sans colorants, sans arômes artificiels): grenade, goji, superberries

Bionade (boissons biologiques légérement pétillantes, très peu caloriques): sureau, litchi, gingembre-orange (Sublimes ! NDR)

Lundi-vendredi: 12h00 – 14h30, 19h00 – 22h30
Samedi: 12h00 – 23h00
Dimanche: 12h00 – 22h30

Remerciements: Adrien.

www.bigfernand.com

Big Fernand Montorgueil
32, rue Saint-Sauveur
75002 Paris
09 67 22 40 06

MétroLigne 3 Sentier (Rétines)

Publicités

La Tavola della Pappa: Apéro des futuristes

Apéro des Futuristes, cocktails

Puisqu’on apprécie la gastronomie, qu’on prend plaisir à déguster un authentique cocktail, qu’on applaudit l’italian vintage, qu’on se délecte dans une galerie d’art, qu’on savoure les sorties aux contextes historiques, qu’on s’intéresse aux mouvements artistiques, qu’on est irrémédiablement attirés par un lieu qui vient d’ouvrir, et surtout, qu’on s’envoie regulièrement des dry dans des soirées germanopratines, cette soirée était le substrat idéal pour la troisième Tavola della Pappa.

Le mouvement futuriste est un mouvement avant-gardiste italien né au debut du XXe siecle qui inspirera notamment le dadaïsme et toucha la peinture, la sculpture, le théâtre, la musique, la politique, la gastronomie… Un parfum de scandale en émanait également. Le futurisme fut accusé par les uns d’être marxiste, ou par les autres, fasciste à vous de vous faire votre opinion.

La société occidentale actuelle prône la perfection et la vitesse, la technologie, dans l’image, dans l’information, dans la communication. Il est donc utile d’avoir une vision rétrospective sur le futurisme. Voici donc la vision rétro-futuriste de Fulvio Piccinino et Marina Miroglio. Due spiriti che si sposano alla grande, deux esprits qui communi(qu)ent avec style.

Apéro des Futuristes, Fulvio Piccinino

Le Miroglio Caffè Nomade a convié le sémillant Fulvio Piccinnio, mixologue piémontais. Au mangiare bene, per stare bene, Fulvio Piccinino poursuit et ajoute, le sapere bere. Gran piacere e saperci fare.

Il nous propose de découvrir les polibibite, polyboissons inspirées du mouvement italien: Dandy cocktail , Martinez californien, Million dollar cocktail, Torino-Milano, Rosa bianca (Campari, liqueur de rose, jus d’orange)…  élaborées à partie de Barbera d’Asti, Moscato (blanc fuité et moelleux), Barolo Chinato (rouge tannique aux herbes et racines, quinquina et rhubarbe, accord parfait avec le chocolat)… Ces apéritifs furent nés pour contrer les cocktails lounge américains de la fin du XIIIème siècle.

Concernant le solide je vous sent déjà intrigués. Les futuristes auraient pu inventer les coquillettes à la truffe, banane Copacabana (bananes au rhum, sauce chocolat), ou encore le pollo alla sparafucile, poulet à la tire-fusil (champagne, crème au marsala et whisky). Véridique.

Ils développèrent les placafame, les calmefaims: traidue, entre-deux (club sandwich, épluchures de pommes, anchois, saucisson piémontais), scoppio in gola, éclat en gorge (cylindres de parmesan macérés au marsala), promontorio siciliano (omelette à la confiture de figues, effiloché de thon, pomme rouge, cacahouètes), fragolamammella, fraise-mamelle…

Pour parfaire la dégustation, il convient de s’envelopper d’une mise en espace sonore avec du Wagner par exemple.

Apéro des Futuristes, placafame

C’est le Selective Art K’fè, toute nouvelle annexe de la galerie Selective Art qui accueille cet événement.

Apéro des Futuristes, Marina Miroglio

Le bere miscelato, le boire-mélangé et la mitonnée des futuristes nous nourrissent le ventre, les sens et l’esprit. Une véritable philosophie pappale.

Yves Simon ne s’y est pas trompé puisqu’il était présent, lui, qui a composé entre autres les bandes originales des films, Diabolo menthe et Cocktail molotov de Diane Kurys.

Apéro des Futuristes, la Tavola della Pappa

Apéro des Futuristes (événement unique)
Dégustation de 3 polyboissons 15€
1 polyboisson et assortiment de 4 antipasti futuristes 25 €
Trio de polyboissons et assortiment d’antipasti futuristes 30 €
Polyboissons, antipasti, risotto aux physalis, roulades d’agneau au citron, farcies aux dattes et pistaches sur flèche d’épinards, fragolamammella 65 €

Selective Art K’fè
9, rue Dauphine
75006 Paris
01 40 46 03 98

MétroLigne 7 Pont Neuf (Often pun)

www.saperebere.com

Miroglio Caffè Nomade

www.selective-artparis.com/kafe

www.kulturserver-nrw.de/home/futurismus