Archives de Catégorie: P 09

Expresso: Salsamenteria di Parma

Après deux restaurants à Milan, San Babila, Brera et à Cannes, voici l’antenne parisienne de la Salsamenteria di Parma.

En Italie, c’est un fast-food… Arrosé en bolée de Lambrusco, cin cin !

Tortelli d’erbetta, tortelli di zucca, anolini di Zibello, polenta fritta con gorgonzola… Insensé, roba da matti…

salsamenteria-di-parma-tripletta-parmigiana
Salame di Felino (province de Parme), mortadella, gola. Eclatant, sfolgorante !salsamenteria-di-parma-gola
Bruschetta pesto e pomodorini. Bon marché, pocchi dinae.salsamenteria-di-parma-bruschetta-pesto-e-pomodorini
Pere e cioccolato. Di buon gusto.
salsamenteria-di-parma-pere-e-cioccolatosalsamenteria-di-parma-salle

Una sinfonia verdiana !

Salsamenteria di Parma
40, rue Saint-Georges
75009 Paris

01 48 24 58 94

MétroLigne 12 Notre-Dame-de-Lorette (Mon odelette renarde

www.salsamenteriadiparma.com (à visiter volume ouvert)

Publicités

Expresso: Flesh

Un nouveau lieu sur le gril, ouvert en octobre 2014 dans la tendance barbecue-rôtisserie-fumoir.

Une ambiance fauve, un vrai festival de carnes.

Une pièce de boeuf écossais black angus chuck flap 11.5 € (170 g ou 17 € en 280 g) parfaitement fondante et goûteuse. Des travers de porc passés au fumoir. Ben mon cochon ! Un bon plan.

En accompagnement (5.5 €) hallouni (roquette, mandarine, tagete), poireau, frites, courge butternut ou chou fleur.

Desserts (5.5 €) brownie au sel de Maldon; ananas, rhum, et grains de café torréfiés; apple pie…

Des seconds couteaux qui pourrait bien rafler la mise.

Lance-toi ! Move on !

Flesh

Avec une Roquette Blanche de chez Demory, c’est loin d’être mauvais.

Ca me rappelle une amie connue au bar d’en face Le Plaisir, Renée Bijou, une vraie peau de vache.

Flesh, vitrine

Flesh
25, rue de Douai
75009 Paris

01 42 81 21 93

MétroLigne 2 Blanche (Eh ! l’banc)

www.facebook.com/fleshrestaurant


Le Bar-lobby de l’Hôtel de Nell: de bonne facture

Bar-Lobby de l'Hôtel de Nell, thé-cheminée

Un bar-lobby est un bar situé dans l’entrée d’un hôtel et peut se révéler un petit écrin très confortable pour tout gourmet qui se respecte un tant soit peu.

SAMSUNG

Assises confortables et éthanol qui flambe. Une flamme, une vie, un climat platine. De bon ton et toujours très évocateur. Réchauffe n’importe quel déco clinique. Elle est signée à l’Hôtel de Nell, Jean-Michel Wilmotte, avec des couleurs beige, gris chiné, cloudy grey. Naturel chic.

SAMSUNG

S’arroger un statut grand genre sans faire l’allegra finanza, sans être dispendieux. Pour les gagne-petit sensibles au signal prix. On peut s’offrir une fin d’après-midi bien administrée autour d’un thé Palais des thés accompagné cet après-midi-là d’un cabot brownie maison.

On appliquera avec rigueur et bonheur les préceptes d’Erasme de Rotterdam, le prince des humanistes:

Passer au peigne fin, à propos de ceux qui grattent sur tout pour pouvoir vivre. L’image vient d’une femme cordant la laine.

Prendre la vie du bon côté, manger de bon coeur les aliments qu’on vous offre, aussi simples et rustiques soient-ils.

Tisse ta vie avec ce qui est sous ta main.

Autre pensée d’un éminent passeur de la bouche: le luxe n’est pas une insulte à la pauvreté, c’est une insulte à la vulgarité. Thierry Marx. Ainsi donc le luxe grignote toujours plus de parts de marché.

Plus que jamais avec ce bar-lobby, et en tant que passeur de local et de facilitateur de position, c’est à vous d’inventer la vie qui va avec.

Bar-Lobby de l'Hôtel de Nell, salons

C’est Bruno Doucet qui s’est vu confié la direction bistronomique du restaurant attenant à l’hôtel, qui bénéficie d’une entrée spécifique sur la rue et dans l’hôtel. Il l’a baptisé fort logiquement La Régalade Conservatoire, troisième déclinaison de son succès canaille de la rue Jean Moulin et petit frère de celui de la rue Saint-Honoré.

Bar-Lobby de l'Hôtel de Nell, restaurant la Régalade-Conservatoire

Les silences perlés de Satie par Louxier figent cette situation.

A méditer:

Le luxe c’est être heureux avec ce qu’on a.

Thé 5 €

Chocolat chaud maison 8 €

Bar-lobby de l’Hôtel de Nell
9, rue du Conservatoire
75009 Paris
01 44 83 83 60

MétroLigne 8Ligne 9 Grands Boulevards (Survol de bagnards)

www.wilmotte.com/Hotel-de-Nell

www.hoteldenell.com/le-bar


Chez Jean: accro brunch

Chez Jean, oeufs brouillés

Pour rasséréner la faim du dimanche on doit se prononcer sur son mode de restauration. Tendance flemme, matinée sucrée, le briciole nel letto, les miettes dans les draps ou comme Chez Jean façon châtelain. Faut pas se gourrer de crèches.

Pour un réveil dominical moderato, il grande Attilio Marrazzo de Chez Jean vous propose une formule brinch malicieuse.

Dans ce restaurant Une très bonne table dans sa catégorie saluons l’effort sur la déco réhabilitée avec boiseries, nappes en tissus et vaisselle néo-classique.

Le service est à l’assiette, boissons chaudes à volonté (thé Palais des thés, chocolat Valhrona deux arômes -ivoire-, café américain), oeufs brouillés, tartines à volonté (confiture d’abricot, fraises, miel), corbeilles de viennoiseries maison (fabriquées avec amour mais les miennes manquaient un peu de cuisson à l’intérieur)…

Une bonne bouille ces assiettes.

Chez Jean, dessert du jour

Fuyons l’incivisme et profitons de ce moment en toute quiétude.

Pour un brunch vorace à engloutir, veuillez tourner les talons. En dehors de la formule les prix font du trempoline.

Chez Jean, salle

Et si on dressait un tableau comme dans la chanson de Brel, Les paumés du petit matin.

Chez Jean, église de la Sainte-Trinité

Bravissimo Tillio !

La classe à caractère souverain. Molto galante.

On finit avec une chanson du dimanche.

Brunch 25 €

Réservation conseillée

Chez Jean
8, rue Saint-Lazare
75009 Paris
01 48 78 62 73

Métro Ligne 12 Notre-Dame-de-Lorette (Mon odelette retarde)

www.restaurantjean.fr

Remerciements: Valérie.


Big Fernand: baraque à barbaque

Ce lieu de restauration de hamburgers a ouvert ses portes depuis le 18 janvier 2012.

Vous voilà accueilli par un sosie de Gino Soccio ou Giorgio Moroder version french bouille et gouailleuse et l’atelier de production ouvert où s’affairent 4 gars du même acabit, est très bien organisé.
On nous propose les hamburgers: Fernand,  Victor, Philibert, Alphonse,  à savoir boeuf, veau, poulet et agneau.
Accompagné de fromage du pays du fromage: Saint-Nectaire fermier, tomme de savoie, chèvre Sainte-Maure et fourme d’Ambert.
Viennent ensuite les légumes: aubergines, tomates séchées, courgettes, et poivrons grillés. Et pour finir un choix de sauces aux herbes.
Le pain est une création, c’est un bun doré, moelleux et aéré, très réussi.

Hou, ça claque !

La viande, hachée sur place, n’est pas pressée, donc bien aérée. Elle supporte une légère surcuisson si vous aimez saignant prenez à point, il n’en sera que plus goûteux. Le tout, accompagné de fernandines: excellentes frites au paprika.
Les boissons sont également réalisées sur place et conditionnée dans un rétro flacon à bouchon céramique: sirop bio citron-menthe-grenadine, lait noix de macadamia et lait chocolat-cookies, étiquetté rétro et slogans rigolos: Fernand bulle le dimanche, Fernand fait des blagues à la noix… Tout est servi minute après la prise de commande.

Salle d’une trentaine de couverts ou à emporter, avec un euro laissé sur l’addition.

Une formule Big Fernand à 13 €, le double de prix du plus célèbre hamburger vendu en France avec frites et boisson leophilisée, mais pas le meilleur, et de loin ! Ici, pas la peine d’emmener sa carte Vitale pour aller manger un sandwich.

Voilà, Big Fernand se hisse tout simplement sur le podium des burgers parisiens.

Burgers, 8-12 €, formules, 13-18 €
Tickets resto
Du lundi au samedi, 12h – 14h30 et 19h30 – 22h30.

Big Fernand
55, rue du faubourg Poissonnière
75009 Paris
01 47 70 54 72 

MétroLigne 7 Poissonnière (Roi s’espionne)

www.bigfernand.com