Archives de Tag: Kidnapping visuel Zevs

Cappuccino, Aligre fm, dimanche 8 janvier 2017

Brodo colto, bouillon de culture dans Cappuccino !
Au programme, la recette du cappuccino de fenouil, le grand Musée du Parfum, l’exposition Noir-éclair de Zevs au château de Vincennes et la véritable histoire du kidnapping visuel de Lavazza, le livre La France et l’Italie, histoire de deux nations soeurs de Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné & Alessandro Giacone, le nouveau spectacle de Carla Bianchi, le livre Métamorphoses Deyrolle de Jean-Baptiste Panafieu & Camille Renversade, Salvatore Adamo, Parma Brass Quintet… & la présence en direct de la comédienne et humoriste Carla Bianchi pour son nouveau spectacle à l’Apollo Théâtre !

 

Sélection musicale

Non mi tenere il broncio, Salvatore Adamo, 1965
La forza del destino, Parma Brass Quintet, 2015
Sotto casa, Parma Brass Quintet, 2015
Recette
Cappuccino de fenouil
Ecume de lait aux lardons. Bouillir 400 g de lait (microfiltré pour une meilleure qualité) avec 40 g de lardons et laisser infuser hors du feu à couvert pendant 5 mn.
Cuire 2 bulbes de fenouil dans de l’eau bouillante salée pendant 20 mn.
Mettre à réduire 100 g de crème liquide pendant 10 mn. Rajouter 100 g d’eau de cuisson et les bulbes de fenouil. Mixer. Filtrer.
Couvrir avec l’écume de lait aux lardons.
Exposition- musée
Noir éclair de Zevs au château de Vincennes jusqu’au 29 janvier 2017, 8,50 €
Exposition de Zevs, connu depuis les années 90 comme l’un des précurseurs du street art en France, il a démarré avec Space Invaders à Paris à la fin des années 1990, avec lequel  il forme le collectif, les @nonymous. Noir éclair met en scène et expérimente la confrontation du patrimoine et de l’art contemporain. Perçu souvent par le grand public comme un art trop conceptuel, l’exposition-retrospective de Zevs au château de Vincennes est passionnante et se découvre avec délectation.
L’univers de Zevs met en scène les marques et leur stratégie marketing.
Bandes de marques jaunes
Cette bâche nous accueille à l’entrée du château au-dessus du pont. Le style médiéval est saisissant dans son esthétique minimaliste. Des bandes noires alternent avec le jaune des marques Eni (Agip), Shell, Ferrari, Ikea, McDonald, Caterpillar, Bic, DHL Renault, Nikon.
 
Liquidated logo Ferrari
A l’entrée intérieure du château, cette bache représente le cheval cabré de Ferrari liquéfié par Zevs. Le fond jaune est la couleur de la ville de Modène où fut créée la marque par Enzo Ferrari. Le cheval cabré, cavallino rampante, était l’emblème d’un héros pilote de l’air de la première guerre mondiale, Francesco Baraca, qui l’a lui même pris sur un avion allemand Albatros BII qu’il avait tué. La collusion avec le cheval de Porsche se retrouve ici à ce détail près que le cheval de Porsche était une jument et celui de Ferrari un étalon, le fameux italian Stallone !

Repas
Le Repas, est une peinture à l’huile  augmenté d’un cadre ornementé, qui superpose deux images: à l’arrière-plan, l’Ultima Cena de Léonard de Vinci, chef d’œuvre achevé en 1498, que l’on peut encore admirer aujourd’hui au couvent dominicain de Santa Maria delle Grazie à Milan et au premier plan, une photographie, retravaillée, d’un dîner à la Maison Blanche présentant Barack Obama trinquant en 2011 avec des dirigeants d’entreprise de la Silicon Valley, parmi lesquels Steve Jobs (Apple), Eric Schmidt (Google) et Mark Zuckerberg (Facebook), John Henssey, président de l’Université de Stanford ou encore l’investisseur en capital risque, Steve Westly.
La Boutique LDV
LDV est le monogramme signature créé au XVème siècle par Léonard De Vinci. La ressemblance avec le logo du célèbre malletier Louis Vuitton est troublante et Zevs joue sur cette ambiguïté puissamment dans des déclinaisons d’artisanat médiéval.
Machination

Dans la  Salle du Conseil, un imposant distributeur automatique ne propose aucune friandise, mais des assiettes, dont le centre est orné de différents portraits de figures historiques, qui furent condamnées à mort, et guillotinées.

Dès le XVe siècle, le donjon de Vincennes est une prison d’État et abrite des prisonniers comme Diderot ou Sade. Plusieurs fois par jour, les visiteurs pourront assister, à l’exécution d’un condamné. Un spectacle rituel et codifié et programmé, rappelant l’implacable violence du pouvoir lorsqu’il est absolu, et la dimension festive de cette manifestation en laissant tomber les assiettes afin qu’elles se brisent.

(La véritable histoire du) kidnapping visuel
Zevs décide de prendre en otage l’image de l’égérie des cafés Lavazza issues du Calendar girls photographié par David Lachapelle. Il découpe d’une affiche publicitaire sur l’Alexanderplatz à Berlin. Il présente pendant trois semaines la vidéo de l’enlèvement à la Rebell Minds Gallery de Berlin, de laquelle l’affiche découpée est visible. Pendant plusieurs mois, il va tantôt cacher, tantôt exhiber l’otage visuelle, menaçant de l’exécuter. Il va  lui couper un doigt qu’il envoie enveloppé de coton au PDG de Lavazza, lui demandant une rançon symbolique de 500 000 euros, du coût approximatif de la campagne publicitaire.
L’histoire est pleine d’ironies. La direction de Lavazza mécontente de la gestion médiatique de la direction allemande, licenciera deux pontes. Une remise de chèque sera organisée le 2 mai 2005 au Palais de Tokyo suite à une lettre de la direction de Lavazza acceptant de payer la rançon. Tout est orchestré par Zevs qui a fait appel à des comédiens pour une distribution de café ! Mais ironie de l’histoire ce 2 mai 2005 a vu un événement international occulté toute actualité: la mort du Pape Jean-Paul II…
…entre autres œuvres de l’exposition.
Tous les jours 10h-17h, jusqu’au 29 janvier 2016, 8,50 €
Le Grand Musée du Parfum
Le Grand Musée du Parfum propose un parcours pédagogique, ludique et immersif pour appréhender l’univers du parfum.
La visite s’articule sur trois étages.
Elle débute par les histoires de parfums, une exploration des origines et leurs évolutions.
Dans la galerie des Séducteurs se dévoilent sept récits de couples fictifs ou réels, où le parfum joue un rôle déterminant, avec Cléopâtre & Marc Antoine, Catherine de Médicis et son parfumeur René le Florentin, Casanova & Marie-Antoinette entre autres… dont les portraits sont illustrés par les florissantes couleurs du peintre Bruno Bressolin.
Le parfum sacré permet de sentir la myrrhe, et l’oliban, encens véritable, aux senteurs de térébenthine, sources sacrées d’immortalité de l’Égypte ancienne.
Le deuxième étage invite à une immersion sensorielle.
Un bouquet de roses ouvre la porte de la chimie du parfum et l’odeur naturelle, remplacée par trois éléments de synthèse, qu’on peut d’inhaler grâce à des poires.
Le Jardin des Senteurs est constitué de fleurs géantes à capteurs de présence, immerge le visiteur dans des parfums figuratifs, comme le bord de mer ou le coin du feu.
La mémoire olfactive est sollicitée sur le Sofa des Confidences. Enfin des extraits d’odeurs interdites au moins de dix-huit ans derrière un décor discret permet d’humer des arômes interlopes d’alcool ou cannabis.
Le troisième étage est consacré à l’Art du Parfumeur.
Le visiteur est ensuite invité à s’initier à la chimie des odeurs et des ingrédients du parfum, pour comprendre sa matière et sa composition. Il est enfin plongé au cœur de l’art du parfumeur pour découvrir les subtilités de la création. On tourne une des vingt cinq sphères sur sa base pour choisir la langue et sentez le parfum à l’intérieur. Un absolu de parfum comme des fruits cuits ou des fleurs. Un son ensuite s’échappe de la sphère et vous explique quel ingrédient elle renferme et comment il est venu à être utilisé dans le monde du parfum. Un orgue à parfums de deux cent cinquante essences façon synthétiseur visuel permet de visualiser la composition d’un parfum sous forme de rayons laser et de notes musicales.
Le Grand Musée du Parfum
73, rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris
Du mardi au dimanche 10h – 19h, 22h le vendredi, 14,50 €
Livre
La France et l’Italie, histoire de deux nations sœurs de Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné & Alessandro Giacone
Dans cet ouvrage historique les auteurs explore le parallèle entre deux pays cousins. D’un côté la France, pays monarchique aux frontières délimitées qui a rassemblé ses provinces. De l’autre, l’Italie morcelée par des Etats aux identités multiples.
Des relations compliquées voire conflictuelles comme à l’époque de la querelle des bouffons en 1754-1756, où Rousseau prit le parti de l’opera buffa de la salle de l’Opéra Comique où se produisaient les italiens contre Rameau et l’opera seria française. Rousseau le polémiste dénigra la langue française accusée d’être moins musicale que l’italien. Des relations difficiles à l’époque du fascisme également ou plus récemment selon les auteurs, de l’anomalie berlusconnienne.
L’histoire de la France et de l’Italie fut plus harmonieuse, dès Louis XIII avec des relations diplomatiques et culturelles privilégiées. Cet ouvrage nous informe des interactions culturelles et artistiques entre les deux pays. C’est l’exemple de Lenôtre qui aménagea des jardins à la française dans le château royal des Racconigi en 1670 et les jardins du Palais royal de Turin en 1697. Plus tard, du fait de l’immigration italienne les relations furent étroites également.
Voilà un ouvrage passionnant pour qui s’intéresse à la culture franco-italienne.
A rapprocher de l’ouvrage France-Italie, coups de tête, coups de cœur de Alberto Toscano paru chez Taillandier éditions en 2006, 21 €
La France et l’Italie, histoire de deux nations sœurs de Gilles Bertrand, Jean-Yves Frétigné & Alessandro Giacone, paru en octobre 2016 chez Armand Colin, 26.90 €

Métamorphoses Deyrolle de Jean-Baptiste de Panafieu & Camille Renversade

L’expression des métamorphoses entretient les peurs comme les fascinations. On en retrouve dans les récits religieux, comme par exemple dans la bible quand Dieu transforme le bâton de Moïse en serpent. Dans les fables symboliques, les fantaisies burlesques, les descriptions naturalistes… Magiques, simples ou temporaires, complètes ou lentes. L’archétype de toutes les métamorphoses est celle de la chenille velue qui laisse la place à un brillant papillon.

Cet ouvrage nous apprend que le terme métamorphose est réservé jusqu’au Moyen Âge aux métamorphoses d’Ovide, un long poème en latin du premier siècle qui regroupe les mythes et légendes d’origines grecques, qui vont inspirer également Machiavel, Giovanni Battista Lulli, Leonardo da Vinci… Gustave Doré fit une illustration de la Divine comédie représentant le métamorphose d’Arachnée, la femme araignée à 8 pattes. La vision de cette image fut insoutenable pour nombre de lecteurs de Dante.

L’appréhension vis-à-vis des métamorphoses peut aller très loin. En 1616, le philosophe italien, Lucilio Vanini a émis l’idée que l’homme pourrait être apparenté aux animaux. Le parlement de Toulouse le condamna a être brûlé vif et on lui arracha la langue…

Jean-Baptiste de Panafieu nous conte également le mythe du cygne-Zeus et de Léda. Le dieu grec prit la forme d’un cygne poursuivit par un aigle qui trouva refuge dans les bras de la princesse Léda qui se baignait au bord d’un fleuve. Il en profita pour la séduire. Michel-Ange et Véronèse ont peint cette scène. En italien l’uccello, l’oiseau signifie également le sexe masculin. Le lien provient peut-être de cette métamorphose !

www.plumedecarotte.com/histoires-surnaturelles-metamorphoses-deyrolle

Histoires surnaturelles, Métamorphoses Deyrolle de Jean-Baptiste de Panafieu & Camille Renversade, paru aux éditions plume de Carotte le 10 novembre 2016, 29,50 €

Spectacle

Un amour de la France à ma sauce italienne de Carla Bianchi

« Petite Italienne perdue dans le métro parisien à l’âge de neuf ans, Carla Bianchi parvient, sans parler un mot de français, à retrouver sa famille. Elle y voit alors un signe du destin et n’aura de cesse, jusqu’à l’âge adulte, de préparer son installation à Paris, son chez moi pour toujours. Elle devra s’adapter à la France mais elle aimerait aussi que la France s’adapte un peu à elle. C’est ce désir physique de devenir Française et comédienne au pays de Molière que Carla raconte ici avec humour, fougue et tendresse. »

Croque l’accent sarde d’une façon irresistible. On ne peut qu’approuver ses positions sur des grands débats existentiels comme arrêtez de maltraiter la carbonara !

On apprend dans son spectacle qu’on ne dit pas mozza avec la bouche en cul-de-poule mais mo-zza-re-lla !

La pizza n’est pas un garage à merguez, camembert ou autre reste disponible !

Le tiramisu se prépare avec de l’œuf, du mascarpone et du café, tout ce qu’on fait avec de la papaye, de la mangue, de la framboise… n’est pas du tiramisu !

« Rome c’est beau, mais c’est comme la colle, c’est impossible à quitter Rome. Et tout se passe bien jusqu’à quand je rencontre un mec et je marie un juif à Gênes… »

http://www.apollotheatre.fr/spectacles/unamourdelafranceamasauceitalienne

Tous les mercredis à 21h30 de janvier à mars 2017 à l’Apollo théâtre, 15 €

Films

L’Ami de Renaud Fely et Arnaud Louvet sorti en salles le 28 décembre 2016

« À l’aube du XIIIe siècle en Italie, la vie simple et fraternelle de François d’Assise auprès des plus démunis fascine et dérange la puissante Église. Entouré de ses frères, porté par une foi intense, il lutte pour faire reconnaître sa vision d’un monde de paix et d’égalité. »

Vino dentro, le crime du sommelier de Ferdinando Vicentini Orgnani sorti en Blu-ray & dvd chez Rimini éditions/Arcadès le 17 janvier 2017

« La vie de Giovanni Cuttin prend une autre tournure après avoir dégusté du Marzemino, un vin de la région de Trento. Ce nectar, cité par Lorenzo da Ponte dans son livret du Don Giovanni de Mozart, transforme complètement Giovanni, humble et timide employé de banque, mari fidèle et le plus grand sommelier italien. »