Archives de Catégorie: Gouailleurs

Marco Bellocchio: dolce vista


Versione italiana più giù

Marco Bellocchio est venu à Paris présenter son vingt-quatrième film, Sangue del mio sangue. L’histoire au XVIIème siècle, à Bobbio en Italie, d’un homme d’armes venu réhabiliter la mémoire de son frère prêtre séduit par une nonne accusée de sorcellerie. Une référence à l’histoire de la nonne de Monza. A rapprocher de ce mot de Balzac: L’Italie, ce pays où la religion est une débauche et la débauche une religion.

50 ans de carrière. Un parcours témoin d’un certain cinéma italien. Un des derniers grands. Une formation solide, chaque sujet doit permettre de s’élever. Un (beau) regard sur l’italianité par un réalisateur ni sourd ni aveugle aux injonctions de l’air du temps, toujours au contact du pouls de la société transalpine. Bellochio fait du cinéma, cet empire de l’éphémère, ce mentir vrai, peut-être avec l’esprit du peuple culturel. Il organise depuis 19 ans en août le Bobbio Film Festival dans sa ville d’origine en Emilie-Romagne dans la province de Piacenza où il anime des ateliers de cinéma. Somptueuse expo photos sur la carrière de Claudia Cardinale en 2014. Projection du film Mia madre de Nanni Moretti en 2015.

Marco Bellocchio è venuto a Parigi per presentare il suo ventiquattresimo film, Sangue del mio sangue. La storia nel XVII secolo, a Bobbio in Emilia, di un uomo di armi venuto a riabilitare la memoria di suo fratello prete sedotto da una monaca accusata di stregoneria dalla chiesa. Un riferimento alla storia della nonna di Monza. Da avvicinare alla parola di Balzac: l’Italia, questo paese in cui la religione è una dissolutezza e la dissolutezza una religione.

50 anni di carriera. Un percorso testimone di un certo cinema italiano. Uno dei ultimi grandi. Una solida formazione, ogni soggetto deve permettere di innalzarsi. Un occhio su l’italianità da un direttore, né sordo né cieco alle ingiunzioni del mondo, sempre in contatto con il polso della società italiana. Bellocchio fa cinema, questo impero dell’effimero, questa bugia vera, forse con lo spirito del popolo culturale. Ha organizzato per 19 anni nel mese di agosto il Bobbio Film Festival nella sua città di origine, dove anima corsi in regia cinematografica. Mostra fotografica sontuosa sulla carriera di Claudia Cardinale nel 2014. Proiezione del film di Nanni Moretti, Mia madre nel 2015.

Survol filmographique.

Les poings dans les poches (1965), tourné dans la villa familiale à Bobbio et sur les contreforts de San Salvatore. Un film-manifeste, fractal tellurique, âpre et compulsif, annonciateur des remous sociaux de 68 avec Prima della revoluzione de Bernardo Bertolucci sur la haute bourgeoisie de Parme. Clin d’oeil du 7ème Art, ce film jumeau réédité en DVD  également ce 7 octobre 2015. Plus Free Cinema de conscience sociale que Nouvelle Vague. Un cinéma de la prose a déclaré Pier Paolo Pasolini. Ironie de l’histoire, il fût désapprouvé à sa sortie par Luis Buñuel et Michelangelo Antonioni, deux de ses idoles. Un chef d’oeuvre dès sa première réalisation considéré par les cinéphiles comme l’un des films les plus importants de l’histoire du cinéma. Cité par Claude Lelouch dans La Bonne année (dont Stanley Kubrick était un inconditionnel) dans une scène de repas de réveillon mémorable.

Sorvolo filmografico.

I pugni in tasca (1965), girato nella villa famigliare a Bobbio e ai scogli di San Salvatore. Un film-manifesto, frattale tellurico, ruvido e compulsivo, annunciatore degli disordini sociali del 68 con Prima della revoluzione di Bernardo Bertolucci sull’alta borghesia parmese. Occhiolino del cinema, questo film gemello ripreso in DVD in Francia anche lui questo 7 ottobre 2015. Più Free Cinema di consapevolezza sociale che Nouvelle Vague del cinema francese. Un cinema di prosa ha dichiarato Pier Paolo Pasolini. Ironia del destino,  è stato disapprovato alla sua uscita da Luis Buñuel e Michelangelo Antonioni, due dei suoi idoli. Un capolavoro già nella sua prima regia considerato dagli appassionati del cinema come uno dei film più importanti della storia del cinema. Citato da Claude Lelouch in Una donna e una canaglia (film che Stanley Kubrick era un adepto) in una scena di pasto di vigilia memorabile.

Une des plus hypnotique et épurée musiques de film du maestro Morricone pour ce film n’étant pourtant pas un giallo, le thriller psycho-érotique italien.

Uno delle musiche più ipnotica e raffinata del maestro Morricone per questo film niente un giallo, il psycho-thriller erotico.

Viol en première page (1972) avec Gian Maria Volontè et Laura Betti dans la grande période des polars politiques émergeant en Italie à cette période.

Le diable au corps (1986), le plus scandaleux. Tiré du roman de Raymond Radiguet, dont le père Maurice était caricaturiste à l’Assiette au beurre, qui racontait au départ l’histoire d’un amour entre un jeune homme et une femme pendant la première guerre mondiale dont les thèmes très sulfureux furent magistralement abordés par un jeune écrivain de 16 ans. Originaire de Saint-Maur-des-Fossés il était considéré par Jean Cocteau comme le nouveau Rimbaud. Mort à 20 ans de la fièvre tiphoïde après avoir mangé des huîtres à Arcachon, six mois avant que le vaccin américain n’arrive en France. Il fut immédiatement un mythe.

Le sourire de ma mère (2002), dans le top 6 de l’année des Cahiers du Cinéma.

Buongiorno notte (2003), film traitant de la mort d’Aldo Moro, ex-président du conseil des ministres et président du parti Démocratie Chrétienne, assassiné par les Brigades Rouges en 1978.

Vincere (2008), l’histoire du fils caché de Mussolini, révélée en 2005 en Italie, avec les prestations inoubliables de Giovanna Mezzogiorno dans le rôle d’Ida Dalser et Filippo Timi halluciné en Benito Mussolini (également en apparition dans Sangue del mio sangue). Le film aux 10 millions d’€, top 2 de l’année des Cahiers du Cinéma derrière les Herbes folles d’Alain Resnais et devant Inglorious basterds de Quentin Tarentino.

La belle endormie (2012) avec Isabelle Huppert, Alba Rochwacher & Toni Servillo. La vie, la mort, une écriture, un style.

Sbatti i mostro prima pagina (1972) con Gian Maria Volontè e Laura Betti nel grande periodo di thriller politichi emergenti in Italia in quel periodo.

Diavolo in corpo (1986), il più scandaloso. Basato sul romanzo di Raymond Radiguet, il cui padre Maurice era caricaturista nel Assiette au beurre, che raccontava inizialmente la storia di un amore tra un ragazzo e una donna durante la prima guerra mondiale, i cui temi sono stati affrontati magistralmente da un sedicenne scrittore. Un nativo di Saint-Maur-des-Fossés che era considerato da Jean Cocteau come il nuovo Rimbaud. Morto a 20 anni della febre tifoidea dopo avere magiato ostriche in Arcachon, sei mesi prima che il vaccino statunitense arriva in Francia. E diventato subito un mito.

L’ora di religione (2002), tra i primi 6 filmi dell’anno degli Cahiers du Cinéma.

Buongiorno notte (2003), film sulla morte di Aldo Moro, ex presidente del Consiglio dei ministri e presidente del partito Democrazia Cristiana, assassinato dalle Brigate Rosse nel 1978.

Vincere (2008), la storia del figlio nascosto di Mussolini, rivelato in Italia nel 2005, con la memorabile interpretazione di Giovanna Mezzogiorno nel ruolo di Ida Dalser e Filippo Timi allucinato in Benito Mussolini  (anche visto in Sangue del mio sangue). Il film di 10 milioni di €, top 2 dell’anno degli Cahiers du Cinéma dopo Gli amori folli di Alain Resnais e prima di Bastardi senza gloria di Quentin Tarantino.

La bella adormentata (2012) con Isabelle Huppert, Alba Rochwacher e Toni Servillo. La vita, la morte, una scrittura, uno stile.

Version française plus bas.

Evviva la Pappa!: Paese di partenza e quartiere d’infanzia ?

Marco Bellocchio: Io sono nato a Piacenza. Se io devo pensare alla mia infanzia anche all’adolescenza, in fondo, io ho vissuto sempre in una città di provincia a Piacenza, a Bobbio. Ho vissuto molto a Bobbio, tutte le estate ho trascorso a Bobbio. I miei ricordi più vivi sono il paese, il fiume, gli amici, le prime esperienze. Poi dopo mi sono mosso verso Milano, Lodi, dove ho frequentato il liceo nel collegio San Francesco, è poi il grande salto a 19 anni, a Roma. Mi sono mosso anche su Londra, Parigi. Sono più di 50 anni che vivo a Roma, sono romano, mi sono adattato alla città di Roma. Non ho un quartiere, non ho una via che mi è particolarmente caro. Sono i primi ricordi.

Evviva la Pappa!: Village de départ et quartier d’enfance?

Marco Bellocchio: Je suis né à Piacenza. Quand je pense à mon enfance et à l’adolescence, au fond, j’ai toujours vécu dans une ville de province à Piacenza, Bobbio. J’ai passé beaucoup de temps à Bobbio, tout l’été, je passais tous les étés à Bobbio. Mes souvenirs les plus marquants sont la petite ville, la rivière, les amis, les premières expériences. Ensuite, j’ai déménagé à Milan, à Lodi, où j’ai fréquenté les bancs du lycée du Collège Saint-François, et puis le grand saut à 19 ans, à Rome. J’ai même vécu à Londres, à Paris. Voilà plus de 50 ans que je vis à Rome, je suis romain, je me suis adapté à la ville de Rome. Je n’ai pas un quartier, je n’ai pas de rue qui m’est particulièrement chère. Ce sont surtout mes premiers souvenirs.

ELP!: Percorso in 3 punti ?

MB: Il primo è quando dopo il liceo, voglio fare l’attore quindi sono stato primo a Milano, poi ho deciso di spostarmi a Roma al Centro Esperimentale di Cinematografia, prima come attore poi come registu. E un passagio fondamentale. Ero un appassionato spettatore, ho capito come si faceva il cinema.

Il seconda passagio è sicuramente dopo l’esperienza che ho fatto a Londra, di decidere di fare un film. Fare un film significa appunto mettere in condizioni di porterlo fare. Creare una dimenziona anche pratica per poterelo realizzarlo. L’avere essere riuscito a realizzarlo mi ha convinto che quello potrebbe essere il mio lavoro.

Terzo nel mio lavoro ci sono stato delle tape, per esempio Il diavolo nel corpo è stato un film di passagio molto importante come cambiare nel mio modo di fare il cinema. Poi anche passagi personali quando non ero più giovane la nascità di una figlia.

ELP!: Parcours en 3 points?

MB: Le premier point est quand après le lycée, je veux être acteur donc je suis parti en premier à Milan, puis j’ai décidé d’aller à Rome au Centre Expérimental de Cinématographie, d’abord comme comédien, puis comme réalisateur. C’est un passage fondamental. J’étais un spectateur passionné, et j’ai compris comment on faisait un film.

Le second passage est certainement après l’expérience que j’ai eue à Londres, de décider de faire un film. Faire un film signifie précisément se mettre en condition de pouvoir le faire. Créer une dimension y compris pratique afin de pouvoir y arriver. Avoir été en mesure de le réaliser cela m’a convaincu que cela pourrait être mon travail.

Troisièmement dans mon travail, il y a des étapes importantes, comme par exemple, le Diable au corps qui un film très important de transition, qui marqua un changement dans ma façon de faire des films. Il y a aussi des passages personnels quand jétais plus jeune avec la naissance de ma fille.

ELP!: Più grande emozione culinaria ?

MB: Ho sempre mangiato quello che c’era tra l’altro sono accusato della mia moglie di non sapere cucinare per niente. Mi adatto a quello che c’è. Come da buone italiano preferisco le paste !

ELP!: Plus grande émotion culinaire?

MB: J’ai toujours mangé ce qu’il y avait, d’ailleurs mon épouse m’accuse de ne pas savoir cuisiner quoi que ce soit. Je m’adapte à ce qu’il y a. En bon italien je préfère les pâtes !

ELP!: Ristorante preferito ?

MB: Quello che io ricordo, dove ho mangiato più spesso, è il ristorante Il Piacentino a Bobbio (luogo del nostro primo incontro). Dove tra l’altro nel film ci sono due scene. E una cucina bobbiese che io frequento da quando praticamente sono nato, è la cucina che sono più affezzionato.

ELP!: Restaurant préféré?

MB: Ce dont je me souviens, où j’ai mangé le plus souvent, c’est le restaurant Il Piacentino à Bobbio (lieu de notre première rencontre). C’est là où, entre autres choses il y a deux scènes dans le film. C’est une cuisine typique que je fréquente pratiquement depuis que je suis né, c’est la cuisine à laquelle je suis le plus attaché.

ELP!: Con chi condivedere un pasto ?

MB: Con delle persone che mi facciono magiare in allegria, in pace, e in serenità.

ELP!: Avec qui partager un repas?

MB: Avec des gens qui me font manger dans la joie, la paix, et la sérénité.

ELP!: Sangue del mio sangue, che esce su gli schermi francesi questo 7 ottobre, è un film pittorico, naturalista, c’è proprio una premura sul quadro sopratutto nella prima parte ?

MB: Certamente è un film che ha cerchato nelle immagini, ma senza fare nessuna imitazione delle immagine precedenti, a la sua espressività. Chiaramente è un film di parole, pero non è che io ho fatto questo film per affermare degli contenuti, o degli principi. Per esempio nella Bella addormentata c’era veramente anche una mia volontà di difendere una certa posizione. Il padre d’Eluana (Englaro che gli a ispirato questo film in 2002, NDR) che è un amico adesso ho cui una stima incondizionata, quindi, c’èra la volontà anche civile di difendere e di condividere certe celte riguardo al tema della vita e della morte, in un certo senso anche anticattolico, antireligioso.

Qui invece, mi ha appassionato racontare questa storia di questo processo in qui assolutamente non è più importante la denuncia degli abusi della chiesa che ci sono stati, ma la storia di quelle di due fratelli, del amore per questa donna e in qualche modo della loro sconfitta. Da una parte la scelta fragile del primo che si suicida della paura di non sfugire con lei, la seconda è conformistica di difendere un certo potere della chiesa e di obbligare questa donna a sotto metterersi a questo potere. Lei non lo fara mai. Alla fine si vedra che in qualche modo è lei che esce vincitrice da questo confronto, da questo duello. Però non è che io ho pensato di fare questo film per fare delle belle immagine anche se la ricerca sulle immagine, sulle luci, sul contrasto è un elemento essenziale del film.

ELP!: Sang de mon sang, qui sort sur les écrans français ce 7 octobre est un film pictural, naturaliste, une attention particulière est portée au cadre surtout dans la première partie?

MB: C’est certainement un film qui a exploré les images, mais sans faire de l’imitation d’images précédentes, il a sa propre expressivité. C’est clairement un film de dialogues, mais je ne l’ai pas fait pour affirmer des propos, ou des principes. Par exemple, dans la Belle au endormie, j’avais vraiment le désir de défendre une certaine position. Le père d’Eluana (Englaro qui a inspiré dans ce film en 2002, NDR) qui est un ami aujourd’hui pour qui j’ai une estime absolue, de fait il y avait une intention civile de défendre et de partager certains choix realatifs au sujet de la vie et de la mort, dans un sens, y compris anti-catholique, anti-religieux.

Ici, par contre, j’ai passionnément adoré raconte l’histoire de ce procès où c’est moins la plainte des abus de l’Eglise, que l’histoire de ces deux frères, de l’amour pour cette femme et d’une certaine façon de leur défaite. D’une part, le choix fragile du premier qui se suicide de crainte de ne pas pouvoir s’enfuir avec elle, de l’autre, conformiste pour défendre un certain pouvoir de l’Eglise et de contraindre cette femme à s’y soumettre. Elle ne s’y soustraira jamais. Finalement, vous verrez que, à certains égards, elle sort victorieuse de cette confrontation, de ce duel. Mais je n’ai pas pensé faire ce film pour fabriquer une belle photo bien que la recherche sur l’image, les lumières, le contraste est un élément essentiel du film.

ELP!: Invece la seconde parte del film viene in rottura e interroga la società di oggi sempre attraverso questo paese di 4000 anime.

MB: Si, è una società un po particolare, un tipo di società che ormai è al suo tramonto, alla sua fine, rapresentata da uno strano conte, uno specie di vampiro che commanda un commitato potrebo dire politico che in qualche modo simboleggia un certo potere che distribuisce la richezza, ma anche a sottomettre i suoi cittadini attraverso le forme della protezione, la raccomandazione, della corruzione, del assitenza, ed anche di guarantire a chi un certo confort anche un certo benesessere. E però una società che è una parta travolta dalla mondializzazione, dalla globalizzazione.

ELP!: Mais la deuxième partie du film est en rupture et questionne la société d’aujourd’hui toujours via le prisme de cette ville de 4000 âmes.

MB: Oui, c’est une société un peu spéciale, une sorte de société qui est désormais à son crépuscule, à sa fin, elle est représentée par un comte, une sorte vampire, qui dirige un comité politique d’une certaine manière, qui symbolise un certain pouvoir qui distribue la richesse, mais qui soumet les citoyens à travers ses formes de protection, la main-forte, la corruption, l’assistance et de préserver un certain confort et un certain bien-être. C’est par contre une société depassée par la mondialisation, la globalisation.

ELP!: Per dire si allo cinema bisogna dire no a che cosa ?

MB: Chiaramente è anche un epoca di bilancio, ho 50 anni in cinema, non mi posso lamentare, non posso dire ho fatto un vita particolarmente sacrificata, o tanto bene eroica. Ho cercato di difendere le mie idee, le cose in cui credevo di rappresentarle. Naturalmente il nostro mestiere è anche molto di mediazione, cioè di lavorare con quello che sia, quindi di modulare anche la propria fantasia alle possibilità che non abbiamo. Questa libertà in questo film è anche stata possibile perche il film ha avuto un costo piùttosto contenuto.

Chiaro che il cinema ha una complessità. Non è come il poeta che scrive su un pezzo di carta o il pittore. E tutto un lavoro artistico di continui rapporti con gli altri. Gli altri sono delle persone che tutte di volta in volta a coinvolgere, al lavorare con tè, a lavorare un certo modo, a investire, a rischiare è questo anche il bello del cinema. Senza altro per questo, quando ero giovane ho deciso di lasciare la pittura, la poesia per fare il cinema proprio perche è un continuo corpo a corpo con gli essere umani.

ELP!: Pour dire oui au cinéma il faut dire non à quoi ?

MB: C’est clairement une époque de bilan pour moi, j’ai 50 ans de cinéma, je ne peux pas me plaindre, je ne peux pas dire que j’ai particulièrement sacrifié ma vie, ou entrepris quelque chose d’héroïque. J’ai essayé de défendre mes idées, les choses auxquelles je croyais pour les représenter. Bien sûr, notre travail est basé également sur la communication, à savoir de travailler avec ses moyens, afin de moduler aussi notre propre imagination aux possibilités que nous avons. Cette liberté dans ce film était également possible parce que le film avait un coût relativement faible.

De toute évidence, le cinéma entretient une complexité. Ce n’est pas comme le poète qui écrit sur un morceau de papier ou le peintre. C’est un travail artistique de relations suivies avec les autres. Les autres sont tous des gens qui, s’impliquent de temps à autre pour travailler avec toi, de travailler d’une certaine manière, investir, risquer, c’est cela aussi la beauté du cinéma. C’est pour cette raison que quand j’étais jeune, j’ai décidé de quitter la peinture, la poésie pour faire du cinéma précisément parce que c’est un corps-à-corps permanent avec les êtres humains.

ELP!: L’uomo è buono ma il vitello è migliore. Bertolt Brecht. Che li ispira ?

MB: Quello e il materialismo marxista. Giustamente diceva che un uomo primo di tutto deve avere appetibilità verso il cibo, ci deve essere un ugualienza materiale minima per tutti, poi si parlerà di principi superiori.

ELP!: L’homme est bon mais le veau est meilleur. Bertolt Brecht. Ça vous inspire ?
MB: C’est le matérialisme marxiste. Il disait justement qu’un homme doit avoir de l’appétance pour la nourriture, il doit y avoir une égalité minimale pour tous, ensuite on discutera des grands principes.

ELP!: Li piace il mio blog Evviva la Pappa ! ?

MB: Non so se mi piace (ridendo)! Ti faccio tanti auguri !

ELP!: Vous aimez mon blog Evviva la Pappa! ?

MB: Je ne sais pas si je l’aime (rires)! Je te fais tous mes compliments !

Les travaux de Carla Glori ont démontré que le Ponte Gobbo à Bobbio que l’on voit dans le film Sangue del mio sangue était représenté sur le tableau La Joconde de Leonard de Vinci en 1503-1506.

www.bobbiofilmfestival.it

www.bellissima-films.com

Remerciements: Viviana, Oriana, Laetitia, Bellissima Films.

www.moma.org/marco-bellocchio-a-retrospective

www.cinematheque.fr/cycle/marco-bellocchio

Publicités

Marc Perrone, André Minvielle: diaphonique

Perrone/Minvielle, deux bonhommes, un duo phonique. Cet accord duo réchauffe le coeur comme le chocolat ou le vin. Rencontre à l’occasion de leur concert aux 3 Arts, de deux monuments de la scène folk traditionnelle, accompagnés à la vielle à roue par la délicieuse Marie-Odile Chantran. Le menu s’annonce copieux.

Marc Perrone, une demi-douzaine de disques dans le rétro. Cueilleur de sons, souffleur d’airs ternaires, musicien du grand bal de la vie. Un turbin de première classe pour bambocheurs de la guinche. Et ça turbine sec. Grand popularisateur de l’accordéon diatonique. Connu en Italie sous le nom d’organetto, c’est un accordéon bi-sonore, chaque touche produisant deux notes différentes par opposition à l’accordéon chromatique dont les touches représentent toutes les notes de la gamme. Il en résulte un son plus authentique et mélancolique. Pour ceux qui s’intéressent à ce qu’il y avait avant René Aubry ou Yann Tiersen.

Evviva La Pappa! : Village de départ et quartier d’enfance ?

Marc Perrone: Mon village de départ c’est Gentilly. Mon quartier d’enfance c’est le Blanc-Mesnil dans la maison de mon Grand-père et la Courneuve.

ELP!: Parcours en 3 points ?

MP: De 0 à 20 ans, beaucoup de sport, j’étais lanceur de disques (déjà !). C’était ma passion, je commençais à jouer de la guitare et un peu d’accordéon. Ensuite, j’ai été embauché au Théâtre National d’Aubervilliers sous la direction de Gabriel Garran, je faisais de la guitare et de l’accordéon. Enfin, depuis l’âge de quarante ans avec l’accordéon, la danse et la musique traditionnelle.

ELP!: Plus grande émotion culinaire ?

MP: Ma mère était une artiste des saveurs. Elle faisait des blanquettes de veau délicieuses, la pastasciutta (pâtes à la sauce tomates. Il y avait un rituel pour mon anniversaire, un moka à la crème de café au beurre qu’elle me préparait spécialement.

ELP!: Quelle est votre ingrédient favori ?

MP: J’aime bien les tomates fraîchement cueillies. J’ai un ami qui en cultive différentes variétés. Au village de mon père je me souviens que mes tantes me faisait tourner la manivelle pour faire le coulis. J’aime également les tomates séchées.

ELP!: Lieu de restauration préféré ?

MP: A la maison avec des gens que j’aime bien.

ELP!: Votre cuisine préférée ?

MP: J’ai voyagé en Chine, en Inde mais en terme d’élaboration la cuisine française est insuperabile !

ELP!: Avec qui aimeriez-vous partager un repas ?

MP: Un tas de gens ! En tout cas des gens que j’aime bien et qui m’aime bien. André Minvielle qui joue avec moi ce soir, Marie-Odile Chantran… La table, c’est un moment exceptionnel. Ca me rappelle une anecdote lors d’une tournée en Amérique du Nord au Festival de Québec où on a retrouvé deux grands amis italiens, Riccardo Tesi, accordéoniste diatonique et Alberto Balìa, guitariste sarde. Il y avait une party avec un barbecue et des buffets avec plein de choses à picorer,  et Alberto qui était un homme de bon sens, n’en pouvait plus: « Com’è possibile, per mangiare ci vuole una tavola ! ». Il avait emmené une valise avec des pâtes, des tomates et il nous a réuni autour d’une table ! Plaisir de bien manger et plaisir d’être ensemble.

ELP!: Vous préférez Café au lait de Tony Murena ou Bevette più latte de Nino Rota ?

MP: Je connais les deux, je les aime bien. Allez, Tony Murena !

ELP!: Quels ont été vos premiers compagnons d’accordéon ?

MP: J’ai eu toute une période folk et ensuite j’ai rencontré Jo Privat d’abord, puis Marcel Azzola en 1977, il m’a introduit dans le monde de l’accordéon chromatique. J’avais un accordéon en bois construit par Ardigò Guerrini, un formidable vieux Monsieur,  qui m’avait promis de fabriquer un accordéon à trois rangées mais il est décédé entre-temps. Le constructeur d’anches, Vinci, m’a emmené voir la famille Castagnari. On a passé une journée à les convaincre de relancer la production d’accordéons diatoniques et depuis ils ne font que ça.  C’était le 5 décembre 1979.

ELP!: Le film la Trace réunissait Marcel Azzola, Nicola Piovani et vous. Parlez-nous de cette aventure.

MP: Ce fut mon premier et dernier grand rôle au cinéma (rires). Bernard Favre m’a rencontré, il a entendu ma musique, ça convenait tout-à-fait à son projet. Il m’a entendu parler dialecte et italien et m’a dit que j’étais le personnage du calabrais. Je connaissais Marcel depuis cinq ans, on est très ami. Piovani, je l’ai rencontré pour l’occasion et ça a roulé.

ELP!: Comment est née la mélodie des Valcerves du film Un dimanche à la campagne de Bertrand Tavernier ?

MP: J’ai pris la première syllabe du nom du village de ma mère: Vallerontonda (région du Latium près de Cassino) et la première syllabe du nom du village de mon père: Cervaro (à 15 kilomètres de là) et ça donné Valcerves. J’ai fait beaucoup de collectage chez des vieilles musiciennes et musiciens dans le sud-ouest de la France. Un soir, dans une école il y a eu une panne d’électricité et la mélodie m’est venu comme ça en pianotant.

MarcPerronevuparBernard Lubat

www.riccardotesi.com

myspace.com/albertobalia

www.castagnari.com

Fortiche en mots. En mise en mots. As des schismes verbaux, fragmenteur linguistique ou menteur en flag ? Il tire la langue mélodico-rythmique. Chercheur en prosodie, les modulations du langage oral, en renvoyant le sens dans le décor.  Minvielle à roue tourne autour du pot, il flip flope.

Minvielle met des mots en musique. Sans bling bling, ni chromes à tics. En particulier des mots sur l’accordéon. En particulier des mots sur les musique de cet immense mélodiste qu’est Marc Perrone. Une voix d’homme.

Tiré de la musique de Perrone du film de Jean renoir, Tire-au-flanc. Comm’ va la vie, dame, va la vie d’homme. Voyez-vous balancer l’atome. Dit la vie d’homme, va la vie d’âme. Une mélodie de Perrone à Paname.

André Minvielle n’aime pas les magrets fumés. Il est arrivé comme le ballon de rugby, avec un faux rebond. Pour ceux qui s’intéressent à ce qu’il y a après des artistes comme Bernard Lubat ou Claude Nougaro.

Evviva La Pappa! : Village de départ et quartier d’enfance ?

André Minvielle: Mon village de départ s’appelle Pau et mon quartier d’enfance c’est le centre-ville de Pau. C’est pour ça que j’ai beaucoup tourné autour (rires) !

ELP!: Parcours en 3 points ?

AM: Des chants polyphoniques béarnais, Vinicius de Morales-João Gilberto et la Compagnie Lubat. Après ça fait Minvielle à la roue… en roue libre !

ELP!: Plus grande émotion culinaire ?

AM: Le soufflé au fromage de ma maman ou alors un bar  au gros sel  au Portugal au bord de la mer avec mon amoureuse, c’était magnifique.

ELP!: Quelle recette aimez-vous le plus réaliser ?

AM: Truite, magret de canard, aiguillettes, tout autour du canard. La pintade aussi depuis quelques années. Plein de choses.

ELP!: Quelle est votre ingrédient favori ?

AM: Alors là je sèche… peut-être la seiche alors (rires) !

ELP!: Lieu de restauration préféré ?

AM: Un petit restaurant dans le sud-est de la Corse sur le bord d’un lac où on fait du poisson grillé nature sans rien dedans.

ELP!: Votre cuisine préférée ?

AM: La cuisine française.

ELP!: Avec qui aimeriez-vous partager un repas ?

AM: Avec mon amoureuse.

ELP!: Vous préférez La belle bouchère de Ricet Barrier ou Pan, pan, pan,  poireaux, pomm’ de terre de Maurice Chevalier & Boris Vian ?

BC: Ricet Barrier ! J’aime aussi Vian mais je mets de côté Chevalier.

ELP!: Il vaut mieux déjeuner avec Léautaud que dîner avec Léotard. Pierre Desproges.

AM: Je suis complètement d’accord !

ELP!: Des mots sur le petit dernier, Suivez Minvielle… if you can.

AM: Je traduis: il fout l’camp car j’aime le nomadisme et il fout l’camp c’est peut-être le mettre. Avec Marco, nous sommes des artistes. Vive la déterritorialisation française !

ELP!: D’où provient cette culture commune de la langue avec Nougaro, Lubat, Castan, Sicre...?

AM: Cyrano de Bergerac, il y a l’océan, il y a un parler que décrivait Montaigne, un parler particulier. Il y a du chant et ce n’est pas un hasard si l’Opéra est à Toulouse. A Marseille, c’est l’opérette (Moussu T prépare un disque sur l’opérette marseillaise, NDR). C’est les voix, c’est l’éloquence.

ELP!: Et les langues dialectales ?

AM: Elles nous emmènent leur dimension par les troubadours. Une dimension universelle et incroyablement forte dans notre inconscient.

ELP!: Si vous vous décriviez dans un des éléments: eau, terre, mer, feu, quel serait-il ?

AM: Ca me fait penser à une histoire de mon grand-père (qu’il racontera plus tard lors du concert). La terre. Le marcheur de Giacometti, si il s’arrête de marcher, il tombe. Il amène un gros bloc de terre sous ses pieds fragiles. C’est la terre mon vieux. Allô la terre (rires) ?!

Flambée montalbanaise, le classique de Gus Viseur mis en bouche par André Minvielle.

J’écoutais Montalbanaise, une envolée de braises, noyé, je m’eau de vie-gueur, Viseur au coeur, liqueur soeur.

Indifférence, le classique de Tony Murena (immigré parmesan avec ses parents pendant l’entre-deux guerre à Nogent-sur-Marne, s’illustrant dans l’accordéon musette, tango et swing et cousin de Louis Ferrari et son classique Domino) également mis génialement en mots par André Minvielle avec Bernard Lubat.

www.marcperrone.net

www.andreminvielle.com

Remerciements: Marie-Odile Chantran.


Barbara Carlotti: vendredi de printemps

Barbara Carlotti, Press.4-®Francois.Fleury

Tour à tour végétale, minérale, baroque, solaire, vocale… florale. Presque ritale. Hyperkhâgne, elle associe les mots avec talent comme on conjugue les saveurs. Aérienne, parisienne, voltairienne… baudelairienne.

Rendez-vous un vendredi de printemps dans l’atmosphère imprégnée par l’effervescence d’une contingente estime publique. Pour paraphraser Maizeroy, elle apparut prudente, singulière d’abord puis s’enhardissant, le regard allumé et rigoleur, une vocaliste dont les cheveux moussaient dans ses doigts et voletaient sur les sourcils.

Elle se tenait sur scène gracieuse et sybilline de pied en cape, mi-femme Givenchic, mi-super-héroïne infra-cosmique. De glace et de feu. Plus dur dans la chanson. Naturelle dans la dérision. Bon esprit, bien accompagnée. Cette belle équipe vient à la rencontre du public pendant et après le spectacle.

Rencontre à l’heure du thé  autour d’un gâteau Saint-Jacques, Espace Gérard Philippe à Fontenay-sous-Bois, avec une grande dame blonde. Gioia.

Evviva la Pappa! : Pourriez-vous levez le voile sur vos origines et votre patronyme ?

Barbara Carlotti: (Rires) C’est Corse, il n’y a pas de voile ! Mon père est corse. Un petit village du centre qui s’appelle Poggio-di-Venaco à côté de Corte.

ELP!: Village de départ et quartier d’enfance ?

BC: Ma ville de départ c’est dans la banlieue parisienne, à Clamart. J’ai passé beaucoup de temps en Corse avec mes grands-parents et mes cousins. Ca fait partie des endroits importants pour moi.

ELP!: Parcours en 3 points ?

BC: Les premières chansons qui m’ont été utilisées pour un film d’Emmanuel Bourdieu « Vert Paradis« .

J’ai enregistré mon premier album sur le label 4AD en 2006.

Le dernier album que j’ai mis du temps à faire mais que j’aime particulièrement.

ELP!: La cuisine en un mot ?

BC: C’est essentiel (rires), je suis hyper gourmande.  J’ai la chance de découvrir la grande cuisine il y a quelques années à l’occasion de la promo de mon premier album. Le chroniqueur gastronomique du Monde, Jean-Claude Ribaut, m’appelle pour me dire qu’il préparait un papier censé décrire les émotions autour de la cuisine de manière poétique. Un scientifique affirmait que la cuisine ne pouvait prétendre à être un art car on avait avec elle un rapport primal. Comme c’était une nécessité ca brouillait cette . Je suis allez manger chez Guy Savoy, Ducasse, dernièrement chez Alain Passard. Je n’ai découvert que très récemment cette facette de la cuisine. J’ai toujours vécu dans une famille où bien manger passait par la profusion. Dans la cuisine corse,  les produits sont excellents avec la charcuterie, les fromages, les légumes. Je ne connaissais pas la cuisine poussée dans son raffinement le plus extrême.

ELP!: Plus grande émotion culinaire ?

BC: La soupe d’artichauts aux truffes. Sinon, chez Robuchon j’ai mangé juste un oeuf coque avec du caviar et une petite crème. C’était vraiment fantastique, j’ai adoré. Je ne pense ne plus jamais en manger ! J’aime beaucoup tous les produits de la mer, tout ce qui est très iodé comme les oursins. L’oursinade en Corse c’est une tradition. En ce moment il doivent en organiser (comme Thierry Burlot NDR).

ELP!: Lieu de restauration préféré ?

BC: Il y a le dernier restaurant où j’ai mangé chez Alain Passard, l’Arpège et depuis je ne pense qu’à ça.

Il y a également un petit traiteur que j’aime bien, CheZ aline qui est sur la place Voltaire à Paris. Il y a des préparations de poissons, de soupes, de légumes que l’on peut consommer sur place ou à emporter. Ils ont transformé une boucherie chevaline (Delphine Zampetti qui signifie trotters en italien !! NDR).

ELP!: Quelle recette aimez-vous le plus réaliser ?

BC: Des beignets de fleurs de courgettes quand je suis en Corse (Genuine ! NDR).

ELP!: Vous préférez « la Cuisine » de Juliette Gréco ou « Pop corn » de Hot butter ?

BC: Pop corn plus ! Ta ta ta tatatata, ta ta ta tatatata, je préfère ça.

ELP!: Vous avez un style particulier, quels sont vos grands phares, marqueurs, influences… ?

BC: Références…! Plein. Bertrand Burgalat, Etienne Daho. En textes, poésies, j’aime beaucoup de choses mais le principal, notamment car Gainsbourg l’admirait particulièrement: Baudelaire.

ELP!: Quel votre secret pour traversez les clapots de ce métier ?

BC: Je n’en ai aucun (rires). Faire de la musique avec mon groupe. Se recentrer sur le principal.

ELP!: « Je vis de bonne soupe et non de beau langage. » Molière , qu’est-ce que ça vous inspire ?

BC: Pas mal. Il a raison (rires). Il n’a pas besoin qu’on le flatte. Je n’ai pas énormément de références. Bizarremment on ne fait pas forcément ce qu ‘on aime le plus on fait quelque chose qui vous appartient en propre. On n’est pas complétement collectionneur. Il y a toujours un décalage.

ELP!: « L’homme est bon, mais le veau est meilleur. » Bertolt Brecht.

BC: (Rires) Oui, car l’homme sans doute… (rires) est plus pervers que le veau ! C’est assez drôle !

ELP!: « Il faut avoir de l’âme pour avoir du goût. » Vauvenargues.

BC: Il a raison. Il faut du goût en toute chose, pas seulement pour la nourriture.

ELP!: Aimez-vous le blog Evviva la Pappa ! ?

Je vais peut-être d’abord goûter les gâteaux et ensuite je pourrais dire, j’adore ce blog. C’est la première fois qu’on m’offre des gâteaux dans une interview, c’est quand même exceptionnel !

Barbara Carlotti, la chanteuse américaine

« L’amour, l’argent, le vent« , un classique de l’hexagone pop au ton onirique, né au Brésil.

« Message personnel« , reprise Hardy-Berger en duo avec Dominique A.

Prochainement la recette du gâteau Saint-Jacques fabriqué pour Barbara Carlotti.

www.barbaracarlotti.com

Remerciements: Hélène, Claude, Evelyne, Assia.


Moussu T: bandjo en chaîne

Direction le Sud occitan, arrivée en train en gare de La Ciotat pour une rencontre nourricière avec Moussu T O’ Central bar.

Membre fondateur du Massilia Sound System influencé par les sons de Kingston, il a constitué un nouvel équipage avec lei Jovents pour remonter les flots musicaux en direction de la Louisiane pas si lointaine. Ce french blues capitaine joue le vrai en bleu de chauffe. Amiral de galion, plutôt que commandant d’immeuble à croisière. Prompt à secouer mais ne coule jamais.

Assis sur scène, assis aussi dans la cabine en bois séculaire du grutier de l’Escalet de La Ciotat pour son demi-siècle à lui, cette figure de proue de la baie mistralienne nous revient avec son auguste et bravant cinquième album, Artemis.

Embarqué dans un ferry-boâte ciotaden, c’est bien l’auditeur qui voyage. Parfum de lessive dans les maisons de ville. Le linge sèche au vent et les robes des filles sont fleuries. On prend le large dans la baie du Mugel, devant le jardin botanique et la roche Poudingue en référence au pudding. Cordes boisées, saveurs iodées, on plonge dans un bar en Louisiane ou à Rio, au son du banjo ou du berimbau. Des girandoles de guitares: slide, à résonateur, électrique, banjo…

 

Remerciements: Manue, Christian, Stéphanie, les minots du port.

moussut.ohaime.com


Arnaud Nicolas: sublimeur de pourceau

Bien-aimé saint Antoine abbé, patron des charcutiers, qui leva l’interdiction pour les chrétiens de manger de la viande porc au IVème siècle. Bienheureux sain Nicolas qui élève au rang d’art d’accomoder lard.

Rencontre avec Arnaud Nicolas à l’heure du crème et du grand Paris qui turbine.

A 15 ans, il démarre un cursus classique avec CAP, BEP, Brevet Pro. Devient Meilleur Ouvrier de France 2003 Traiteur-Charcutier. Puis s’ensuit deux ans à l’Hotel de Paris de Ducasse à Monaco, et des cours de cuisine pro chez Lenôtre à Paris.

Parfaite tête de gondole de la Confédération Nationale des Charcutiers Traiteurs, à 33 ans, il ouvre son Boudoir, restau canaille chic pour sublimer le porc.

Son pâté en croûte a été élu meilleur plat salé 2011 du guide Lebey.

www.boudoirparis.fr


Carinne Teyssandier: journaliste en cromesquis

Le plus beau sourire de la télévision française officie tous les jours dans Télématin sur France 2, sur Cuisine + (Carinne & Vous, Fiches Cuisine, Le Menu d’Eric, Noël mode d’emploi, Le Bonheur est dans la cuisine, Aujourd’hui je cuisine) et dans l’émission Village Départ sur France 3.

Rencontre sur le Tour de France, un endroit qui ne ment pas sur la popularité. Voilà quelques questions pour tenter d’éplucher une personne d’une infinie gentillesse.

Une friandise pour les yeux.

telematin.france2.fr

www.cuisine-plus.tv

www.francetv.fr/sport/tour-de-france/village-depart


Anne d’Autruche: comme un poisson sans elle

Cette infante du fishart investit toile, mur, mobilier… Elle travaille à partir du cuir de poisson, un tannage de la peau du poisson similaire au cuir. Ils sont tannés en Islande et teintés en Italie. Couleurs, matières, supports, cette reine d’épuisette s’exprime avec relief, comme dans la vie, au travers de son art plastique. Cette reine-là, A. d’Aut. a vraiment la gouaille !

www.anne-dautruche.com